3 zones, 3 hôpitaux

Publié le par JFT

Que de remous autour de la nouvelle planification hospitalière du Canton.

 

Et si l'on faisait une distinction entre :

- services de pointe

- services d’urgence

 ?

Les services de pointe sont la résultante d’un diagnostic et ne sont pas mis à contribution par surprise. Leur recours est donc prévisible, planifiable. Cela englobe tous les secteurs – maternité et chirurgie comprises – et vu le coût de ces installations, une concentration se justifie.

Mais je dis bien services de pointe. Car dans une conception de médecine ambulatoire de plus en plus prônée, un certain nombre de gestes médicaux ne nécessite pas de sortir la grosse artillerie.

Cela veut dire que les hôpitaux régionaux peuvent très bien conserver des secteurs sous l’angle ambulatoire : petite chirurgie, maternité « sans complications », etc.

Le PVL pourrait dès lors s’inscrire dans le débat en défendant cette notion de médecine ambulatoire régionale, en s’appuyant sur les bassins de populations respectifs : Sud / Nord / Centre.

Les services d’urgences sont par essence imprévisibles. Les hôpitaux régionaux doivent donc maintenir un accueil – au moins de jour. Ils pourraient fonctionner comme poste de tri et, dès que les soins de survie sont prodigués, orienter le patient/accidenté vers les hôpitaux de pointe : FR, BE et/ou VD. C’est d’ailleurs déjà le cas en partie.

Sous cet angle, le concept de médecine ambulatoire régionale tient aussi la route et fait synergie avec le point précédent.

Le troisième point est celui de la langue. Vaste débat fribourgeois qui, cependant, ne justifie pas la maintenance d’hôpitaux suréquipés dans chaque district ou presque. Des cours de langue coûtent quand même moins cher. La politique de recrutement devrait être à même de pallier le monolinguisme des infirmières québécoises…

Enfin, la réflexion doit être poussée au-delà des seules frontières cantonales ou de district (la Veveyse doit-elle vraiment aller à Bulle – ou certaines zones ne seraient pas plus proches de la Riviera ?). Il importe de poser le débat politique au-delà des seules approches économiques. Et le débat politique ne pourra s’inscrire qu’en apportant des solutions que les chiffres bruts ne peuvent offrir.

Payerne pour Lac, Broye et Broye-Vully. Bulle pour le Sud. HC pour Singine et Sarine. La réflexion en cours doit être poussée au-delà des seules frontières cantonales ou de districts. Il importe de poser le débat politique au-delà des seules approches économiques, en collaboration si nécessaire avec les cantons voisins...

 

Publié dans Vert'libéraux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article