La fête de la St-Blocherin

Publié le par JFT

Sa Majesté frétille. Elle a écrit un poème à la Tsarine Eveline. Pour la St-Valentin. Ne reculant devant aucun danger, nous vous le livrons en primeur. Mais chut, ne lui dites pas que vous l'avez lu. Ce grand timide, qui a peur de tout, même et surtout de la liberté, ne voudrait pas que ses Kamarades de Partei découvrent qu'il prend des licences d'avec l'ordre et la discipline instaurée par le régime impérial.

 

Alors, s'il vous plaît, dégustez en silence...

 

Voilà longtemps que je vous hais:
- L'aveu remonte à quatre ans! -
Vous êtes une femme, je suis un homme;
J'ai les hivers, vous les printemps.

 

Des balais blancs de cimetière
Près de mes tempes ont fleuri;
J'aurai bientôt une houppe entière
Pour ombrager mon front flétri.

 

Mon soleil pâli qui décline
Va disparaître à l'horizon,
Et sur la funèbre colline
Je vois ma dernière maison.

 

Oh! que de votre lèvre il tombe
Dans mon oreille un tardif pardon,
Pour que je puisse dans ma tombe,
Le coeur tranquille, me sentir moins couil...!

 

Qu'il est dur d'avoir, sa vie durant, sacrifié sa liberté d'humain pour défendre celle du Schweizlager...

 

 

 

valentin.jpg

 

D'après Théophile Gautier, que je prie de m'excuser de le lier à tout ça.

 

à suivre

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article