Vendanges tardives

Publié le par JFT

Ainsi donc, le Ministère public zurichois a ouvert une enquête, pénale cette fois, contre Christoph Blocher. Hier, une perquisition a eu lieu au domicile du conseiller national. Il est soupçonné de violation du secret bancaire dans l’affaire Hildebrand. La question de son immunité parlementaire reste ouverte...


L'étau se resserre. D'abord, il n'avait été entendu que comme témoin, en janvier dernier, dans ce qu'on avait alors malencontreusement appelé l'affaire Hildebrand. Mais depuis hier, c'est l'affaire Blocher. Bien sûr, précise le Ministère, il y a (toujours) présomption d'innocence. Mais l'ex-conseiller fédéral n'aurait pas été très coopératif lors la perquisition effectuée dans sa villa et son bureau. Il aurait refusé l'accès à son ordinateur. Tout en qualifiant cette procédure de "scandaleuse". Ben voyons...


Ainsi donc, l'Indien des steppes politiquement pures et des verts alpages du Herrliberg va devoir sortir de sa réserve. Certes, pour l'heure, il veut faire valoir son immunité parlementaire. Mais le coup refonctionnera-t-il - Blocher a déjà usé de ce stratagème pour échapper à la Justice? Si le Ministère public a ouvert une enquête sans demander la levée de l'immunité, cela laisse penser qu'il estime que les faits reprochés au magistrat éjecté ne sont pas en lien avec son mandat sous la Coupole. Et que son dossier est solide.


Mais que restera-t-il du fond de cette affaire? Après tant de semaines, tant de pirouettes, tant d'omissions, le disque dur de l'ex-manitou est désormais sans doute aussi angélique que les intentions humanitaires de l'UDC. Tout ça c'est bien, mais tout ça c'est bien tard. Si le "gros poisson" parvient à nouveau à se cacher dans la vase, il y gagnera une aura supplémentaire de martyr. Et le Christoph se fera à nouveau plaisir en portant sa croix.


Mais si le Parquet va jusqu'au bout, alors les "Spätauslese" n'en seront que meilleures!

 

 

svp-bundesrat-christoph-blocher.jpg

 

 

Publié dans Coup de gueule

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article